La demoiselle des Lumières. Fille de Voltaire

La demoiselle des Lumières fille de Voltaire

Titre :  La demoiselle des Lumières. Fille de Voltaire

Auteur : Annie JAY
Thèmes : Voltaire / Marie Corneille / XVIIIème siècle / Amour / Théâtre / Affaire Calas / Religion / Tolérance
Catégorie : Littérature de Jeunesse – Roman historique
Résumé :  Marie ne le sait pas encore mais elle porte un nom célèbre, celui de Corneille. Nous sommes en 1763. Elle passe ses journées à tresser des paniers et à les vendre sur le marché avec ses parents. Un jour de marché, un « Monsieur bien mis » s’exclame « Ma chère, fit-il en nous montrant comme des bêtes curieuses, voici les descendants du grand Corneille ». A ce moment-là, le père de Marie, un homme roublard et rusé saisit à quel point le nom de son illustre aïeul peut lui ouvrir les portes d’une autre vie, loin de la misère. En effet, les fervents admirateurs de Corneille sont nombreux et c’est auprès d’eux qu’il va se faire plaindre. Et ça marche. Evérard Titon du Tillet prend la famille sous son aile. Le père de Marie obtient une coquette somme d’argent et Marie est envoyée au couvent en attendant d’être accueillie par celui qui va devenir son père adoptif : Voltaire.
Marie arrive au château de Ferney, son nouveau foyer. Elle va alors se frotter au grand Voltaire, doté d’une personnalité unique et d’un caractère bien trempé. Il entreprend de faire de cette roturière illettrée, une demoiselle éduquée et cultivée. Et l’entreprise se révèle ardue. Mais Marie a plus d’un tour dans son sac et va révéler tout le talent qui sommeille en elle.

 

Mon avis :  ce roman est un bijoux. Les mots, le ton, les péripéties retranscrivent à merveille cette ambiance « XVIIIème siècle ». Et que dire des personnages ? Ce Voltaire est incroyable : je me suis délectée de sa verve, de ses réparties uniques, de son talent tout simplement. Madame Denis, sa nièce tout aussi dépensière que gourmande est l’élément maternel, rassurant dont a besoin Marie. Quant à Marie, elle ne peut qu’emporter le lecteur tant elle est joviale, rieuse, entreprenante. Dans l’Affaire Calas, son aide est précieuse et elle brille par son bon sens. 
Me viennent alors à l’esprit ces questions : qu’est-ce que l’intelligence ? Comment transmettre à l’autre son savoir et ses connaissances ? Voltaire s’évertue au départ à lui donner des cours de grammaire, lui apprendre la liste des empereurs de Rome, lui enseigner les plus beaux textes de la littérature… Mais Marie n’y entend rien.  Là où elle va révéler son intelligence, c’est dans toutes les observations du quotidien  : elle va les transformer en leçons de vie et en savoirs. J’ai adoré son goût pour Rousseau et son analyse de Candide, j’ai ri souvent, me suis émue tout autant.
Bref, ce nouvel opus d’Annie Jay, je l’ai savouré jusqu’au dernier mot !

Quelques courts extraits :
« -C’est donc cela, la philosophie ? m’étonnai-je, […]
– Bien sûr ! Ce n’est que du bon sens et un peu de réflexion. Tout le monde en fait sans le savoir. » » Tout changeait, la carte comme les mentalités. Des idées nouvelles fleurissaient, semées par les philosophes. Les « Lumières » faisaient lentement leur chemin dans les esprits… ».A suivre une interview d’Annie Jay en préparation…


Annie Jay

Rendez-vous sur Hellocoton !

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation