Le pavillon des enfants fous

Le pavillon des enfants fous de Valérie Valère

Titre : Le Pavillon des enfants fous

Auteur : Valérie Valère
Thèmes : Anorexie / Mal de vivre / Enfermement / Mort / Folie
Catégorie : Littérature de Jeunesse

 

Résumé :Valérie n’a pas le choix : elle est conduite à l’hôpital car son état de santé est préoccupant. La nourriture la répugne, le monde des adultes l’écoeure. Elle a décidé de ne plus s’alimenter, pèse trente kilos et veut mourir. Dès la minute où Valérie pose le pied à l’hôpital, elle crie intérieurement toute sa rage contre ses geôliers et ce pavillon de fous où ils l’ont enfermée.
Elle déroule alors le fil de son histoire familiale, celle d’une petite fille perdue au milieu de parents adultères. Ce monde d’adultes, elle le déteste, le hait au plus profond d’elle-même. Elle ne veut pas devenir EUX. Ses armes pour lutter : le mutisme et le refus de toute nourriture.
Enfermée à clé dans la chambre 27 pendant quatre mois, elle observe cet « asile », ces quatre murs où elle projette toute sa rage et son envie de ne plus appartenir à ce monde de dégénérés.  » Ils ne m’auront pas ! « .

 

Mon avis : ce livre est rare.
Parce que Valérie a treize ans.
Parce que son témoignage a été écrit d’une traite et a été à peine retouché.
Parce que l’auteure est d’une maturité hallucinante : parfois, j’ai eu du mal à croire que ce flot de pensées étaient celles d’une jeune adolescente.
Et pourtant…
Elle nous plonge au coeur de ses émotions les plus profondes : c’est violent, brut, incisif mais d’une vérité implacable. La sienne bien sûr.
Mais SA vérité est d’une finesse et d’une intelligence remarquable. Il n’y a qu’à lire son analyse du monde des « fous », page 61 :  » Ils ont une supériorité trop grande, ils ont su refuser le monde. Ils ne se sont pas trompés, eux seuls possèdent une sorte de bonheur.  […] et personne ne peut les comprendre car ils l’ont décidé ainsi « .
Rien n’est académique dans ce témoignage : les phrases sont saccadées, beaucoup de répétitions de mots, une curieuse structure des dialogues… Cela pourrait gêner la lecture. Mais non. C’est justement la force de se son écriture : c’est son âme qui parle. Avec toute sa douleur, sa sensibilité et ses peurs.
Impossible de rester de marbre.
Ce livre est unique, fort et rare.
Petit extrait : « je voudrais hurler mais je ne le peux pas, je ne sais plus où je suis, tout se mélange, la chambre tourne autour d’un carreau d’hôpital. J’entends le garde de nuit qui vient surveiller les rêves des enfants perdus, des enfants qui se sont aperçus de la folie du monde « .

Valérie Valère source "Babelio.com"
Valérie Valère
Pour en savoir un peu plus sur l’auteure, c’est par là.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation