Je n’ai rien vu passer…

Un p'tit Doudou tou mignon
 

Rien de rien…

La tête dans le guidon, je pédale comme une dératée.

Le paysage défile à une vitesse démente.

Ici, les journées durent cinq minutes et une année ressemble à… deux non, une journée.

Aujourd’hui, je décide de ralentir, je lève le nez du guidon et je me retourne.

Huit ans et six ans : l’âge de mes deux schtroumpfs depuis quelques jours.

Naaannn ! Siiiiiii !

Mais comment est-ce possible ?

La maternité, c’était… hier. Enfin, il y a huit et six jours quoi !

Qui m’a mise dans cette foutue machine à accélérer le temps ? C’est quoi cette plaisanterie ?

Dire qu’à treize ans je lorgnais mes vingt-trois ans de looooin !

Je les ai dépassé depuis quize ans dis-donc ! Ben oui…

Et je n’ai rien vu passer.

Ce n’est pas d’avoir trente-cinq ans qui me hante.

C’est bel et bien ce temps qui file entre tous mes doigts (pieds compris).

Et cette impression permanente de me démultiplier en vingt, genre superwoman le jour pour mieux redevenir superserpillère le soir, comateuse sur le canap’ et bonne à rien.

Parce que c’est sûrement là le problème.

C’est la faute à personne au final.

Ce sont mes choix  : maniaque de mes enfants, de ma moitié, du ménage, de mon boulot, de mon blog… et tout à fond, jusqu’au bout, parfaitemement et si possible sans fausse note.

Le mot « ennui » ne fait plus partie de mon vocabulaire depuis des lustres.

Et pourtant… comme j’aimerais m’ennuyer, rien qu’une fois.

J’ai vraiment réalisé tout ça le jour des huits ans de grand schtroumpf. Une journée entière à retomber en enfance – en laissant tomber aspirateur et lessive – et à jouer dans le désordre à :

– cache-cache (waouuuh !)

– docteur maboul (j’adooooore !)

– monopoly (version junior, un peu pourrie)

– 1,2,3 soleil (hum !)

– magic science (avec tours de magie qui bullent et moussent, trop top !).

Que du lourd, j’vous dis !

J’avais huit ans ! J’ai pris le temps et je me suis régalée !

Et si ces temps revenaient plus souvent ? Et si je prenais le temps…

J’en ai rêvé un million de fois de :

– prendre une année sabbatique (le patron va tirer la tronche)

– gagner au loto (penser à jouer)

– rayer le mot perfectionniste de mon vocabulaire (aie).

Ça me paraît compliqué.

Je suis une maman 3G – hyper connectée et à super débit illimité !! – .

Naaaan !

3G = 3ème génération.

Attendez, j’vous explique :

La 1ère génération restait chez elle et avait juste le droit de se taire.

La 2ème génération a lâché ses casseroles pour aller bosser.

La 3ème génération veut tout : s’exprimer, faire carrière, s’amuser sans renoncer à ses mouflets, ni rien lâcher côté couple* . Nous y voilà !

 Je me suis faite emporter dans une grosse vague et je me retrouve coincée entre mon aspirateur, mes schtroumpfs, les poils de mon chat, l’humeur du jour de mon homme et mon make-up – très important le make-up pour avoir l’air un peu digne – .

Et je n’ai rien vu passer.

Je râle mais j’assume !

L’essentiel n’est-il pas de s’en rendre compte et de progresser ?

« Et un troisième schtroumpf – enfin une schtroumpfette – » me disent les coupines.

Elles sont mignonnes, hein ?

 

 

* lu dans Femina, février 2013.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

4 p'tits mots sur “Je n’ai rien vu passer…

  1. Le temps passe … et un jour, nous nous rendons compte que notre âge est parfois différent de celui de notre esprit. 🙂

  2. Aude on 1 mars 2013 at a dit

    Tout à fait et tant mieux ! Tu as vu que tu fais partie des mes voisins-lecteurs 😉

  3. Je l’ai vu. Je n’avais pas encore eu l’occasion de t’écrire combien je suis honorée et que ça me touche beaucoup. J’en ai fait de même pour ta cabane. (sourire).

  4. Aude on 8 mars 2013 at a dit

    oh super ! Des bisous et à bientôt 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation