Le plus petit baiser jamais recensé

plus petit baiser jamais recensé
Résumédef

Le narrateur est un cabossé de l’Amour. C’est un inventeur-dépressif qui s’est fait plaquer par sa dulcinée. Son cœur est meurtri et il regarde l’Amour de loin car il en a peur. Mais un soir, alors qu’il se rend au théâtre, il rencontre une fille qui disparaît quand on l’embrasse. Cette mystérieuse apparition l’obsède et il veut tout faire pour la retrouver. Aidé par le détective Gaspard Neige et son perroquet «magique», l’inventeur-dépressif va tenter de retrouver la trace de cette fille si intrigante qui a commencé à semer des petites graines dans son cœur ravagé.

 

monavisdef

Voilà une belle métaphore sur la quête de l’Amour et sur toutes les questions douloureuses ou heureuses que cette quête suscite ! Quelle est la bonne recette de l’Amour ? Comment trouver ce subtil dosage amoureux et ne pas avoir peur de souffrir ? Attention : cette histoire n’est pas un guide de survie amoureuse mais bien une plongée dans les tréfonds d’une âme tourmentée et très imaginative. Le narrateur traduit ses émotions – et celle de cette fille invisible –  sous forme d’images et de métaphores pour le moins originales : «Le cœur de cette fille invisible était un putain de Rubik’s Cube ! J’avais beau le tourner dans tous les sens, je ne parvenais pas à réunir les pastilles de couleurs identiques sur une même face» ; «Mon cerveau est une maison de campagne pour démons. Ils y viennent souvent et de plus en plus nombreux. Ils se font des apéros à la liqueur de mes angoisses. Ils se servent de mon stress car ils savent que j’en ai besoin pour avancer».

Mais l’imagination de l’auteur ne s’arrête pas là. Le texte est truffé de délicieuses contractions de mots inventés. C’est la Malzieu’s touch ! Jugez plutôt : «Floconfettis», «Chocolisation», «Perroquet wi-fille», «Appartelier», «Mélancolasthme» et mon préféré «Sparadramour».

J’adore l’écriture si particulière de Mathias Malzieu : une écriture aux accents musicaux, aux trouvailles si poétiques et aux mots tous plus surprenants les uns que les autres.

J’ai le sentiment d’avoir vécu un rêve éveillé, un peu comme une équilibriste sur son fil, j’ai traversé un épisode de la vie de l’auteur : il a réussi à me maintenir comme en apesanteur, malgré la «gravité» du sujet.

Ce livre, c’est comme une tartine chocolatée au gingembre  qui se savoure… et disparaît aussitôt avalée !

Bon à savoir : en fin d’ouvrage, l’auteur a réuni de très jolis poèmes. Ce roman est la suite de «La mécanique du cœur» que j’avais chroniqué par ici.

modèle malzieu baiser

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

4 p'tits mots sur “Le plus petit baiser jamais recensé

  1. Sandra on 15 juin 2013 at a dit

    Achat « coup de tête » juste avant de passer à la caisse de la librairie, pour le titre et la couverture, et bien sûr un peu aussi pour l’auteur. Assurance de la libraire de l’excellent moment à passer, que tu viens confirmer ici. Hâte que la fin de l’année scolaire arrive, pour profiter de cette pépite.
    Merci de partager tes lectures et de ce si joli site.
    Sandra

  2. Aude on 17 juin 2013 at a dit

    Merci à toi d’être passée par là et d’y avoir déposer un commentaire 🙂 Je te souhaite un très agréable moment de lecture avec ce livre !

  3. Aude on 17 juin 2013 at a dit

    « Déposé » avec un « é », désolée pour la faute… aussitôt corrigée 🙂

  4. Oh tu me tentes !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation