Rien ne s’oppose à la nuit

rien ne s'oppose à la nuit
Résumédef

Delphine de Vigan exhume le passé et brosse le portrait de ses grands-parents maternels, d’une partie de ses oncles et tantes et surtout de sa mère. Cette mère secrète, bipolaire et fragile dont la vie a été une lutte permanente contre elle-même. Ce sont des histoires marquantes, douloureuses et singulières. Être au plus près de la vérité, tel a été le soucis permanent de l’auteure pour dépeindre le portrait de cette famille nombreuse. Elle  s’est appuyée sur les nombreux témoignages de ses proches et les écrits de sa mère. Ce livre retrace la vie de cette dernière de son enfance jusqu’à sa mort en janvier 2008.

 

 

monavisdef

«Rien ne s’oppose à la nuit» est un livre poignant.

Je mets au défi quiconque se targuera d’être capable de ne pas verser une larme. Car cet ouvrage fait partie des livres qui retournent les tripes et embuent les yeux. Inévitablement.

Je sors de cette lecture totalement bouleversée.

Parce que l’auteure met en scène des personnages qui ont réellement existés et dont les vies ont été jalonnées de drames.

Ce livre plonge au cœur de thèmes tabous et puissants : la maladie mentale et le suicide notamment. Sans détours et avec beaucoup de délicatesse aussi, Delphine de Vigan lève le voile sur le vrai visage de sa famille tumultueuse.

Ses grands-parents maternels tiennent une place centrale dans le récit. Personnages haut en couleurs, ils ont élevé leurs neuf enfants d’une façon joyeuse et bohème, en apparence. Ce qui se joue en profondeur est loin d’être anodin. Et Lucile*, la mère de Delphine de Vigan en fait les frais. Enfant solitaire, mystérieuse, silencieuse, elle porte en elle le poids d’une douleur, d’un secret. Elle enregistre tout et accumule une souffrance qui jaillira hors d’elle une fois adulte. Cette souffrance prendra le visage de la maladie mentale, incontrôlable et destructrice.

Ce livre, c’est à la fois un cri d’Amour, une libération et une thérapie. Delphine de Vigan a eu cet impérieux besoin «d’écrire sa mère» comme elle dit et aussi la volonté de comprendre comment sa maman en était arrivée là. Le rôle qu’a joué Georges notamment, son grand-père maternel, un homme à la personnalité écrasante et un amateur de femmes pourrait expliquer bien des choses…

 

J’ai beaucoup aimé l’écriture à la fois simple, percutante et profonde.

J’ai particulièrement apprécié les chapitres où Delphine de Vigan se remet en questions. Elle livre ses doutes, ses interrogations, se dit que c’est douloureux d’écrire sur sa mère, que peut-être elle le fait mal, qu’elle blessera certains membres de sa famille… Son honnêteté intellectuelle est vraiment touchante.

«Rien ne s’oppose à la nuit» fait partie des livres marquants, ceux qui vous accompagnent longtemps après avoir tourné la dernière page.

Une citation, une seule – même si le livre regorge de beaux passages – « Bien plus que la mienne, l’écriture de Lucile (son désordre, ses impasses) donne à voir la complexité de sa personne, son ambivalence, la jouissance secrète qu’elle a éprouvée tout au long de sa vie à frôler les lignes, à entamer son corps et sa beauté ».

 * Lucile n’est pas le vrai prénom de la mère de Delphine de Vigan. Elle emploie ici un pseudonyme.

 

Interview de Delphine de Vigan qui parle notamment de l’association dans laquelle elle s’est engagée. Cette association aide les personnes atteintes de troubles bipolaires.

 

modèle fin article rien ne s'oppose

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

8 p'tits mots sur “Rien ne s’oppose à la nuit

  1. Sans doute une des lectures les plus poignantes qu’il m’ait été donnée de faire… Tout simplement bouleversant. Tu en parles très bien et je vois que nous partageons le même sentiment 🙂 Bises et belle soirée !

  2. Aude on 10 juillet 2013 at a dit

    Merci d’être passée par ici ! J’ai encore l’esprit happé par cette histoire… Bises et belle soirée à toi aussi !

  3. Ce livre a l’air dur et poignant (je suis un petit être sensible) néanmoins ta chronique donne envie de le découvrir. Je ne lis pas souvent ce genre de livre mais je le note quand même par curiosité !
    Merci & à bientôt

  4. Aude on 10 juillet 2013 at a dit

    Coucou Lylou ! C’est vrai qu’il est dur et qu’il ne faut pas s’aventurer dans cette lecture si l’on est déprimé. Mais néanmoins cela reste une de mes plus belles lectures à ce jour. A très bientôt 🙂

  5. Ta chronique m’a donné envie de le lire et je viens donc de me le procurer :).
    Merci encore !

  6. Aude on 11 juillet 2013 at a dit

    Super ! Je te souhaite une belle lecture alors 🙂

  7. Il est en attente dans ma biblio, je n’arrive pas à me décider à l’en sortir …

  8. Je viens de le terminer et effectivement il fait partie de ces livres qui marquent profondément. Dire pour libérer et pour comprendre, c est un très beau travail que nous livre Delphine de Vigan!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation