Certaines n’avaient jamais vu la mer

Certaines n'avaient jamais vu la merDEF
 

résuméDEF

1919 : des jeunes femmes japonaises embarquent à bord d’un bateau destination San Francisco. Elles ne vont pas y passer des vacances mais rejoindre leur futurs époux, des Japonais travaillant aux États-Unis. Elles ne les ont jamais vus, ne les ont pas choisis. Après une traversée très longue et éprouvante, ces jeunes femmes découvrent leurs promis. Après avoir tant rêvé à cette nouvelle vie, elles vont découvrir que leur quotidien ne ressemble absolument pas à ce qu ‘elles avaient imaginé. Elles vont être confrontées à une dure vie de labeur. Elles vont devoir apprendre une nouvelle langue, de nouvelles coutumes, subir l’humiliation des Blancs,  le rejet de leur progéniture et de leur histoire.

 

monavisDEF

C’est un beau livre sans nul doute où se succède une galerie de portraits de Japonaises anonymes.

L’auteure a choisi d’employer le « nous » et d’enchaîner de très courtes phrases descriptives comme des clichés pour  saisir sur le vif ce que vivent ces japonaises au quotidien.

«Nous vivions dans une hutte de terre battue sous un saule, au milieu d’un vaste champ sans clôture, et dormions sur des matelas de paille. Nous allions faire nos besoins dehors, dans un trou. Nous tirions notre eau du puits. Nous passions nos journées à planter et ramasser des tomates du lever au coucher du soleil, et nous ne parlions à personne hormis à nos maris pendant des semaines d’affilée» p.44.

C’est très répétitif, lancinant, un peu lourd parfois. Mais je pense que c’est l’effet voulu. L’auteure a souhaité nous livrer un récit puissant et marquant. Elle a voulu nous montrer à quel point toutes ces vies ont été lourdes à porter et à supporter.Tout est minutieusement et chronologiquement décrit dans ce récit : leur nuit de noces, très brutales parfois, leurs très rudes journées de travail, la naissance de leurs enfants…

Malgré tout, j’ai eu du mal à accrocher. Pas de personnage à qui s’identifier et s’attacher. Pas de prénom ni de nom mais une foule anonyme de Japonaises en souffrance. J’aurais aimé partager l’histoire d’une jeune femme en particulier. Cela m’aurait davantage touchée. Pas de coup de cœur pour ce livre là, vous l’aurez compris.

Mot de l’auteure : ce livre s’inspire de la vie d’immigrants japonais. En fin d’ouvrage, vous trouverez une large bibliographie concernant l’histoire des immigrants Japonais au début du 20ème siècle.

 

Certaines n'avaient FIN def
 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

3 p'tits mots sur “Certaines n’avaient jamais vu la mer

  1. C’est un livre que je souhaite découvrir. J’espère que j’accrocherai plus que toi malgré l’absence d’héroïne principale.

  2. Aude on 8 septembre 2013 at a dit

    J’ai vraiment eu le sentiment de rester en marge du livre et de ne pas pouvoir véritablement entrer dans l’histoire. Je n’ai pas ressenti de véritables émotions.

  3. A la découverte du Japon pour moi, en ce moment. Je le rajoute à ma liste à lire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation