Le Mystère du Pont Gustave-Flaubert

Mystèredu PontGustaveFlaubert

logo résumé DEF

Rouen, 2017. L’Armada bat son plein et les badauds sont nombreux à admirer les vieux gréements sur le port. Jules Kostelos, détective privé a d’autres préoccupations et surtout une affaire sur les bras : un vélo volé appartenant au commissaire Jeton. Mais Jules Kostelos, tout détective qu’il est aime s’attarder sur son auteur favori : Gustave Flaubert. Il est en admiration devant le pont Gustave-Flaubert et se met en tête de remettre la main sur un opéra disparu mêlant Flaubert au compositeur Bottesini. Y parviendra-t-il ? Peut-être bien que Salammbô et Charles Hockolmess lui seront d’une grande aide…

logo mon avis DEF

Refermer ce livre, c’est comme revenir d’un périple autour du Monde avec l’esprit foisonnant d’images multiples, colorées, variées et éprouver une sensation de tourbillon. Oui de tourbillon tant l’auteur mêle une foule de personnages et de lieux historiques et/ou imaginés : Christophe Colomb, Shakespeare, Napoléon Ier, Berlioz et bien sûr Rouen ( ville chère au cœur de l’auteur) et Gustave Flaubert, éléments clés du récit, j’y reviendrai.

Cela peut-être déroutant, perturbant mais la magie de ce documentaire fantaisiste fonctionne parce que justement l’auteur arrive à se jouer de l’Histoire en s’appuyant sur elle tout en la détournant. Finalement, cette histoire d’enquête à résoudre et de vélo volé ne sont que des prétextes pour explorer les rues de Rouen, admirer ce pont Gustave-Flaubert, redécouvrir des moments d’histoire à la lumière de l’imaginaire de l’auteur et quel imaginaire !

Les amoureux de Gustave Flaubert seront comblés. Cet « essai de roman » est un vibrant hommage à ce grand écrivain. Vous y trouverez de très nombreuses citations extraites de « Salammbô », « Bouvard et Pécuchet », « Un cœur simple », « Madame Bovary », « L’éducation sentimentale »…  Ces extraits sont subtilement intégrés dans la trame du récit et se fondent à la perfection dans celui-ci.

Mais il n’y en a pas que pour les admirateurs « flaubertiens ». En effet, cette histoire résonne aussi de mille notes musicales. En mélomane averti (et frère du contrebassiste Emmanuel Thiry), l’auteur glisse une belle musicalité tout au long du récit : ses anagrammes, ses phrasées, cette façon de se jouer des mots sont un pur plaisir pour le lecteur. Les  références musicales à Berlioz et Bottesini produisent comme un effet de contrepoint renforcé par ce pont Gustave-Flaubert qui revient comme un refrain lancinant : « un récit dont le pont Gustave-Flaubert (récemment construit à Rouen) serait comme une sorte d’accompagnement de contrebasse » lit-on dans la « Note de l’auteur ».

J’ai retrouvé dans ce livre toute la fantaisie de Pierre Thiry et cette propension à façonner des univers décalés, riches et qui ne manquent pas d’humour. A noter deux excellents chapitres : le V, avec sa tirade sur les vertus du lave-vaisselle  et le chapitre X empreint d’une belle poésie.

A découvrir assurément !

Grand merci à l’auteur pour cette lecture !

→ Envie de lire des extraits : c’est ici.

→ Envie de connaître la biographie et bibliographie de Pierre Thiry : c’est .

Rendez-vous sur Hellocoton !

Un p'tit mot sur “Le Mystère du Pont Gustave-Flaubert

  1. J’ai passé un très bon moment de lecture moi aussi 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation