L’Histoire Sans Fin

L'Histoire sans Fin de Michael Ende

◊ Lecture commune avec Lylou de Livres et merveilles au pays de Ly Lan

imageblogpartenaireDEF

logo résumé DEF

« A première vue, Bastien Balthasar Bux n’a rien d’un héros. Les héros sont grands, beaux et forts. Les héros ne courent pas sous la pluie pour se réfugier dans les librairies obscures et échapper ainsi à leurs camarades de classe. Ils ne volent pas non plus les vieux livres pour aller les dévorer dans les greniers de l’école… Bastien n’a pas pu résister. C’est comme si ce livre l’appelait. Son titre ? L’Histoire sans fin. Le garçon plonge dans un univers peuplé de mille créatures étonnantes : elfes nocturnes chevauchant des chauve-souris, Mange-Pierres, escargots de course, tortues millénaires et lions multicolores, Atréju, l’enfant guerrier sans peur et Fuchur, son fidèle Dragon de la Fortune… Toutes vouées à disparaître, avalées par le Néant, ce mal mystérieux qui ronge le Pays Fantastique. Bastien se trompait. Lui aussi a l’étoffe d’un héros. Et avant la dernière page du livre, son rôle lui sera révélé ». (Hachette)

logo mon avis DEF

Avant toute chose, il faut que je vous dise que « L’Histoire Sans Fin » tient une place particulière dans mon cœur. Le téléfilm m’a véritablement marqué quand j’étais petite et ce coup de cœur ne m’a jamais quittée. Tout comme LA – mythique – chanson « Never Ending stories » ♪ ♫

Quand j’ai découvert l’ouvrage dans ma boîte aux lettres – merci infiniment aux Éditions Hachette – et bien, comment vous dire, ce fut « waouh ! » pour deux raisons : d’une part, parce que je n’avais jamais lu le livre et d’autre part parce que cet ouvrage est vraiment très beau. Couverture rigide, joliment décorée, des illustrations pour le moins originales dont Lylou vous parlera beaucoup mieux que moi ici. Il s’agit d’un réédition très réussie.

Et 520 pages plus tard… j’aurais tellement de choses à vous dire ! D’abord, le téléfilm est fidèle au livre et retranscrit tout à fait cette ambiance très particulière, spéciale… Cependant, le film que j’ai vu lorsque j’étais petite ne relate qu’une partie de l’histoire.

Qu’en est-il du livre ?

C’est un livre « rare », comme on en fait plus ou si peu… L’écriture est tout à fait particulière dans le sens où les descriptions sont nombreuses, longues, minutieuses. Le vocabulaire est par moment soutenu et pour les plus jeunes, cela nécessitera d’avoir un dictionnaire à portée de mains

Mais ce qui est frappant dans cette histoire, c’est l’imagination débordante, prolifique de l’auteur. Mais où est-il donc allé chercher tout cela ? Des êtres tous plus originaux les uns que les autres (je pense en particulier à Dame Aiuola ou la femme-fruits) habitent des contrées elles aussi incroyables : des déserts multicolores, des maisons taillées dans de l’Argent, une forêt qui se régénère toute seule… On a le sentiment d’effectuer un immense voyage à travers le temps, les époques. L’histoire se compose de 26 chapitres et chacun nous emmène dans un décor différent, c’est dire ! Ce livre est un véritable hymne aux pouvoirs de l’imaginaire et à la lecture !

Mais ce que je retiens surtout de cette histoire, c’est la formidable quête de Bastien. Toutes les aventures qu’a vécu le héros sont autant d’expériences qui lui ont permis d’éprouver des valeurs telles que le courage, l’amitié, la persévérance, l’espoir… Il s’est aussi confronté aux mensonges et à la trahison. Bastien  est allé sans le savoir, en quête de lui-même, a exploré ses plus profonds désirs et au final s’est découvert lui-même, a appris à aimer les autres et surtout à s’aimer.

C’est un livre qui nous donne une formidable leçon de vie ! En cela, il fait partie des incontournables à lire.

→ Mes passages préférés :

« La passion de Bastien Balthasar Bux, c’était les livres. Qui n’a jamais passé tout un après-midi sur un livre, les oreilles en feu et les cheveux en bataille, à lire et lire encore […] Qui n’a jamais lu en cachette, sous sa couverture, à la lueur d’une lampe de poche, parce qu’un père ou une mère bien intentionnée avait éteint la lumière dans l’idée louable que le moment était maintenant venu de dormir […] ».

« Il comprenait maintenant que ce n’était pas seulement le Pays Fantastique qui était malade, mais aussi le monde des hommes. En vérité, il l’avait toujours senti […] Il n’avait jamais pu se faire à l’idée que la vie soit aussi grise et indifférente, aussi dépourvue de mystères et de féerie que le prétendaient tous les gens qui disaient : c’est cela, la vie ! ».

Michael Ende

Michael Ende

→ En savoir plus sur l’auteur : Michael Ende est un auteur allemand de romans fantastiques. Né en Bavière, il suit à Munich, en 1948, une formation d’acteur. Par la suite, il a quelques rôles au théâtre. Mais sa carrière d’acteur tourne court. Il écrit alors Jim Bouton et le chauffeur de locomotive, qu’il finit par publier en 1960. Ce roman remporte le Prix allemand du livre pour la jeunesse. Il rédige par la suite plusieurs romans, dont les plus célèbres sont Mamo (1966) et L’Histoire sans fin (1979), tous les deux adaptés au cinéma. Il meurt en 1995, à Stuttgart, d’un cancer de l’estomac. Il a 66 ans. (Source : Hachette).

♦♥♦

Merci aux éditions Hachette

Hachette Romans

Lecture Academy

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

6 p'tits mots sur “L’Histoire Sans Fin

  1. Très belle chronique comme toujours ! Pour une fois je trouve que nos avis se ressemblent assez 😉 Forcément, quand on a connu le film on ne peut que faire la comparaison.
    Du coup, depuis ma chronique, je l’ai revu^^ J’ai été ravie de retrouver tant de souvenirs mais un peu déçu car le réalisateur a quand-même adapté l’histoire à sa sauce… Le livre est mieux, comme très souvent^^
    Bises

  2. Ma Cabane à livres on 29 janvier 2015 at a dit

    Merci beaucoup ♥ Nos avis sont assez similaires mais on se complète toujours aussi bien je trouve ! Je n’ai pas pris le temps de voir à nouveau le film. Dans mes souvenirs, ce n’est pas aussi « complexe » que dans le livre. Bises

  3. J’ai adoré ce livre en tant que jeune adulte. Mais je ne regarde aucun film, donc je n’ai pas vu celui-ci.
    Je vais partir à la découverte de ce blog, qui me paraît sympa.

  4. Merci 🙂 Je m’en vais regarder le tien de ce pas!

    • Merci d’être venu visiter.
      J’espère que cela t’a plu, ou inspiré ou … ?
      En explorant un peu et en faisant une recherche je n’ai rien trouvé sur la série de EOIN COLFER, dont le tome 1 est « ARTEMIS FOWL ». Est-vce que tu connais ?
      C’est du Folio Junior (à partir de 11ans.
      Mais moi j’aime beaucoup.
      Pour moi, cela vaut Harry poter (sans être aussi connu !)
      Salutations du soir.
      A bientôt

  5. Coucou 🙂 J’aime beaucoup ton blog et toutes ses ondes positives, ça fait du bien ! J’ai voulu déposer un commentaire à propos de ton dernier article mais au moment de valider, un mot de passe m’a été demandée… J’ai déjà eu ce genre de message sur d’autres sites WordPress. Je réessaierai malgré tout. Oui, je connais Eoin Colfer et la série « Artemis Fowl ». J’ai découvert et lu le tome 1 il a plus de 10 ans déjà ! Je les ai tous au CDI dans lequel je travaille. Tu as raison : c’est une excellente série !! Je n’ai pas encore pris le temps d’en parler sur le blog… mais je ne désespère pas de le faire un jour. J’ai tellement de livres « en retard »… A très bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation