Les petites reines

couvlespetitesreines

logo résumé DEF

Les résultats sont tombés : Mireille est à nouveau élue « boudin » dans son établissement scolaire sur Facebook. Mais pour une fois, elle n’occupe pas la première place du podium. C’est Astrid qui arrive première et Hakima occupe la seconde place. Qu’à cela ne tienne, toutes les trois décident de se lancer dans une folle aventure : relier Bourg-en-Bresse à Paris en vélo et en vendant du boudin sur la route. Mais surtout, toutes les trois ont le fol espoir de participer à la garden-party de l’Élysée du 14 juillet… pour de bonnes raisons !

 logo mon avis DEF

Une folle aventure portée par une Mireille au caractère bien trempé et à la langue bien pendue : c’est frais, ça fait du bien et ces trois filles là, on est pas prêts de les oublier !

Quelle folle et courageuse équipée, composée de personnages différents et complémentaires. Le lecteur n’aura aucun mal à s’identifier à l’un d’entre eux : la naïve Hakima, la délicate et angoissée Astrid, le triste mais courageux Kader… Quant à Mireille : quel personnage haut en couleurs ! C’est notre héroïne, celle qui porte et encourage ses deux copines à se dépasser et aller de l’avant. Je trouve qu’elle est particulièrement mûre pour son âge et à un sens de la répartie étonnant. C’est toujours drôle et bien senti, tout le monde en prend pour son grade surtout la mère de Mireille. Cette dernière ne se prive vraiment pas de dire ce qu’elle pense avec une gouaille sans pareille !

Ce livre met notamment en avant le thème du surpoids. Si parfois on frôle le cliché la beauté intérieure c’est quand même mieux que la beauté extérieure, l’auteure parvient à ne pas tomber dans une problématique basique. Mireille sauve la situation : ses jolis traits d’esprit, sa drôlerie, sa force de caractère permettent de donner une belle leçon à ses détracteurs. Même si elle ne s’aime pas à 100%, elle assume son corps et parvient à mettre à distance toutes les moqueries dont elle fait l’objet, elle en joue même.

Ce roman nous rappelle aussi combien notre société est dominée par l’Information  : c’est la course aux buzz, le culte du sensationnel… Cela met en avant la mauvaise utilisation des réseaux sociaux qui colportent des informations dont on se passerait bien. La -lourde- présence des journalistes tout au long du périple à vélo et tous les tweets cités dans l’histoire en disent long…

Bref, une épopée vitaminée, pleine de pep’s, portée par de courageux personnages. Ce roman est frais, il fait du bien, il induit aussi des réflexions sur des thèmes comme l’adolescence, la famille recomposée, la mauvaise utilisation des réseaux sociaux, le surpoids, l’acceptation de soi, l’amitié… Pour autant, je n’ai pas été véritablement emportée par l’histoire. Je pense que j’attendais trop de ce livre… j’avais tellement lu d’avis élogieux. Mais c’est un livre que je conseille aux ados comme aux adultes à partir de 13/14 ans.

—> Quelques extraits :

« Mais maintenant… les vélos sont là, ils étincellent dans la lumière blonde ; ils disent : Et pourquoi pas, après tout ? Ils attendent qu’on les enfourche, et qu’on les emmène jusqu’à Paris. Ils frémissent déjà d’impatience et d’excitation. » (p. 51)

« Du coin de l’œil, j’ai regardé Astrid et je me suis comparée. J’ai hoché la tête avec satisfaction en constatant qu’elle est décidément beaucoup plus grosse que moi – mais en même temps, elle a des seins qui tiennent debout au lieu de faire la sieste en permanence comme les miens. » (p.155)

—> En savoir un peu plus sur l’auteur, Clémentine Beauvais :

presentation-des-auteurs-8-clementine-beauvais-1441465673

« Je suis née en 1989 le même jour que Jeanne d’Arc, mais au lieu d’aller bouter les Anglais hors de France j’ai décidé d’aller vivre chez eux à l’âge de dix-sept ans pour y étudier à l’université de Cambridge. Après une licence et un master, il m’a semblé raisonnable de continuer sur un doctorat, et puis un post-doctorat, et voilà comment un petit séjour outre-manche de trois ans se transforme en long et confortable exil. Je suis maintenant (depuis 2016) enseignante-chercheuse en éducation et littérature anglaise à l’université de York. J’ai depuis longtemps adopté le porridge, les écureuils, et le thé à toute heure du jour et de la nuit, mais je prends régulièrement l’Eurostar pour aller refaire le plein de roquefort, de reblochon, de rocamadour, et de ma famille. » Extrait de son site http://www.clementinebeauvais.com/fr/

♦♥♦

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

3 p'tits mots sur “Les petites reines

  1. J’ai tellement aimé ce livre rempli de bonne humeur !

  2. J’aime beaucoup ta chronique 🙂
    Ce roman a été un coup de cœur pour moi, il est pétillant et très agréable à lire ! Et comme tu le dis, les personnages sont vraiment attachants !

  3. @virginie Oui un livre plein de bonne humeur!! ♥♥ @camilla Merci! C’est vrai qu’il est très agréable à lire. Merci d’être passées par là les filles !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation