Et voilà !

L’idée ridicule de ne plus jamais te revoir

♦ Rosa Montero a perdu son mari. La voilà veuve depuis quelques années. On lui propose d’écrire une préface pour le journal que Marie Curie a tenu après la mort de Pierre Curie. Pour Rosa, c’est un déclic. Ce n’est pas une préface qu’elle va écrire mais bel et bien un roman. Elle évoque alors Continuer à lire

Share