Cinquante nuances de Grey

7753524174_50-nuances-de-grey-d-erika-leonard-james

Résumé : Anastasia Steele est une jeune étudiante en littérature. Elle n’a jamais vraiment eu de petits amis, ne sait pas ce qu’est l’amour ni même faire l’amour. C’est une jeune femme peu sûre d’elle et naïve qui s’apprête à interviewer un des plus jeune et puissant chef d’entreprise américain : le richissime Christian Grey. Profondément intimidée, Anastasia tente d’oublier au plus vite cette rencontre qu’elle juge désastreuse et pourtant… Christian Grey l’a intriguée, envoutée. Sans prévenir, ce dernier débarque sur le lieu de travail d’Anastasia et lui demande un rendez-vous en tête à tête. Anastasia accepte et se laisse charmer par cet homme ; elle sent monter en elle un profond désir dont elle ne soupçonnait pas l’existence mais Christian la prévient de garder ses distances. La curiosité d’Anastasia est alors attisée. Elle découvre les démons intérieurs de cet homme et ses penchants obscurs qu’il veut absolument garder secret et auxquels Anastasia va être initiés.

 

Mon avis : je ne me suis jamais vraiment intéressée à la littérature érotique – non, non je ne fais pas ma prude ;-). Exception faite pour ce livre là donc : la curiosité et les dires de mes copines m’ont convaincue d’ouvrir l’ouvrage le plus vendu en 2012 !

Tout d’abord, je trouve ce livre totalement addictif. J’ai ressenti le besoin de connaître absolument la suite  et ce qu’Anastasia allait faire ou éprouver.  Ce que dégage Christian Grey y est peut-être pour quelque chose. Et puis l’hésitation d’Anna à s’engager avec Christian est suffisamment longue pour que je sois tenue en haleine.

En revanche, pas de véritables scènes sado-masochistes, ou du moins pas de quoi crier au scandale. Alors oui il l’attache – quelques fois -, la cravache – très peu –  et se montre dominateur dans sa façon de lui ordonner certaines choses mais rien d’extravagant.

Question écriture, l’auteure est pour le moins redondante : beaucoup de répétitions de mots, d’attitudes si bien qu’au bout d’un moment, même si la magie de l’addiction opère, j’ai le sentiment que l’histoire tourne un peu en rond – ou en boucle – et c’est dommage.

Au final, voilà un roman qui se lit très facilement malgré l’épaisseur. Une histoire où se mêlent sexe et bons sentiments avec, dans la balance, un peu plus de bons sentiments que de sexe finalement. Malgré tout, les personnages sont attachants et ma curiosité me pousse à savoir ce qu’il advient de la relation entre Anastasia et Christian dans le second tome.

 

Extraits :

«En poussant la porte je trébuche et c’est à quatre pattes que j’atterris dans le bureau de M. Grey. Et merde, merde, merde ! Des mains secourables m’aident à me relever. Je suis morte de honte. Moi et ma fichue maladresse ! Je dois rassembler tout mon courage pour lever les yeux. Oh la vache – qu’est-ce qu’il est jeune !».

«Christian me surplombe en brandissant une cravache en cuir tressé. Il ne porte qu’un vieux Levi’s délavé et déchiré. Il tapote doucement la cravache dans sa paume en me regardant avec un sourire triomphant. Je suis nue, menottée…».

 

Titre : Cinquante nuances de Grey
Auteur : EL James
Éditeur : JC Lattès
551 pages
Thèmes : sexe / amitié / amour

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation